Logo EPORA
CHARGEMENT
Établissement public foncier
d’État au cœur de la région
Auvergne-Rhône-Alpes
Partager

L’Epora engage ses expertises pour requalifier et redynamiser un quartier de Saint-Etienne (42)

Acquisitions et déconstructions en hyper-centre de Saint-Étienne pour créer un espace végétalisé (42)

Le cinéma l’Eden, prochainement requalifié en espace vert

Le cinéma l’Eden, bien connu des Stéphanois, avait cessé son activité depuis 2002. Mais le bâtiment, dégradé, ne trouvait pas de repreneur. Dans le cadre d’une convention d’études et de veille foncière, l’Epora a acquis le bâtiment en 2018. La signature d’une convention opérationnelle s’est ensuivie, avec l’Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne (Epase), pour réaliser les travaux de déconstruction qui permettront d’aménager un espace végétalisé.

Stéphane Quadrio, directeur de l’aménagement de l’Epase

« Le tissu urbain du centre-ville, à proximité de l’hôtel de ville, est très dense et manque d’espace public et de verdure. L’idée est apparue, après avoir cherché des scénarios de requalification du cinéma, de réfléchir à sa démolition pour aérer le quartier en reconstituant un îlot de sérénité végétalisé. C’est pourquoi nous avons missionné l’Epora pour mener cette mission de curetage et de démolition en cœur d’îlot. »

Cette décision de l’Epase s’inscrit dans un contexte de stratégie globale de développement de l’attractivité du cœur de Saint-Étienne, qui passe par la requalification d’espaces publics et l’accessibilité du centre-ville, au service
du dynamisme commercial. La requalification de l’îlot a ainsi vocation à redynamiser ce secteur marchand qui se situe un peu à l’écart des flux principaux de l’hyper-centre.

Un dossier complexe pour sortir de la copropriété

Ce bâtiment de 4 500 m² étant imbriqué dans un ensemble d’immeubles, l’Epora a également acquis un bien loué meublé (600 m²) ainsi qu’un bien immobilier (116 m²) mitoyens pour concrétiser ce projet. « Nous avons réalisé ces trois acquisitions à l’amiable avec trois propriétaires distincts. Nous avons également mené une réflexion pour extraire ces biens de la copropriété afin que celle-ci ne soit pas un obstacle aux travaux à mener », détaille Fabienne Soulier, chargée d’opérations à l’Epora. Pour cela, un dossier d’arpentage avec le concours d’un géomètre expert et un projet d’acte de scission ont été constitués en 2018 et seront présentés en assemblée générale de copropriété. » Ce montage juridique particulier et complexe a nécessité un pilotage rigoureux des dossiers par l’équipe foncière de l’Epora et un important travail relationnel avec les notaires pour respecter les délais du projet. Les biens, sujets à visites et intrusions,
ont été sécurisés en attendant leur démolition, prévue en 2019-2020.

Deux scénarios possibles

Sur deux immeubles voisins, deux scénarios sont possibles : poursuivre les démolitions ou engager un programme de réhabilitation et de restauration immobilière de ces vieux immeubles stéphanois. La décision devrait être prise en 2020.
« D’autres projets seront envisageables sur cet îlot mais, dans l’immédiat, il est important d’engager une action rapide, démonstratrice, pour enclencher une première phase opérationnelle qui ne nécessite pas une maîtrise foncière totale. Celle-ci serait en effet difficile à obtenir, la copropriété étant composée de 26 propriétaires. Cette première étape va faciliter une meilleure acceptation de la transformation du quartier », précise Stéphane Quadrio.

21.06.2019

Une opération exemplaire de dépollution et de recyclage foncier, réalisée par l'Epora sur l'ancien site industriel Stronglight, à proximité de la gare de Saint-Étienne.

Lire la suite
09.04.2019

L’Epora s’inscrit dans une démarche de déconstruction innovante pour apporter une réponse adaptée à la problématique de la valorisation des déchets de chantiers et renforcer l'économie circulaire.

Lire la suite