Logo EPORA
CHARGEMENT
Établissement public foncier
d’État au cœur de la région
Auvergne-Rhône-Alpes
Partager

La requalification des friches au cœur du projet urbain

Le petit bourg-centre, capitale des Monts du Lyonnais, se caractérise par une surface importante de friches en requalification, qui couvrent près de 5 hectares. L’Epora accompagne la mairie et la communauté de communes sur ses différents programmes de requalification. Des projets aux valeurs patrimoniales et environnementales fortes, soutenus par le FEDER.

Friche des Tanneries Rozon, à Saint-Symphorien-sur-Coise

Dire que Saint-Symphorien-sur-Coise doit beaucoup aux tanneries est un euphémisme. Ses habitants, les Pelaud(e)s, ont hérité leur nom du pelage de peau, une activité qui était très répandue dans la commune, traversée par les troupeaux lors des transhumances. Si les Tanneries du Ronzon ont, comme plusieurs autres, marqué l’histoire de la ville, leur site, fermé et laissé en l’état depuis 20 ans, était devenu une relique encombrante.
« Nous avons signé une convention avec l’Epora il y a plus de 10 ans, bien conscients du risque de pollution relativement important au vu des produits utilisés par les Tanneries du Ronzon – arsenic, solvants, chrome… – pendant des décennies, explique Thomas Gassilloud, Maire depuis 2014. Le site étant fréquemment visité, le risque s’est accru ces dernières années et nous avons accéléré la mise en œuvre d’un projet urbanistique. »

Soutien du FEDER

La commune des Monts-du-Lyonnais (3600 habitants), caractérisée par une forte présence de friches au nord et au centre de son territoire, a en effet entrepris un vaste projet de reconstruction de la ville sur ces terrains. Le PLU a été modifié en 2016, actant le freinage de l’extension urbaine au profit de l’aménagement et du développement sur des endroits déjà urbanisés.

L’Epora a acquis en 2013 les 10 000 m² des Tanneries du Ronzon, situées au cœur du village. Il intervient sur les travaux de désamiantage, de mise en sécurité environnementale et de démolition partielle des 29 bâtiments. Un bâtiment de 1000 m² au sol, sur trois étages, est préservé pour conserver la valeur patrimoniale du site. Les travaux, estimés à 1,2 M€, seront notamment financés par l’Epora (à hauteur de 40 %) et le FEDER, qui a accordé une subvention de 372 000 €. Le démarrage est programmé pour février 2017, pour une durée de 7 mois.

Valorisation de l’environnement

« Nous avons travaillé de concert avec l’Architecte des bâtiments de France et l’Epora pour préserver une partie de ce site historique », ajoute Frédéric Carmona, directeur général des services. L’Epora est sorti de son rôle classique de porteur de projet et de démolition pour contribuer au paysagement du site. L’idée étant de ne pas laisser ce terrain à l’état d’ancienne friche, comme cela a été le cas pour la friche des ex-salaisons Olida, démolies il y a 15 ans. Au contraire, sur le site des Tanneries, traversé par la rivière, nous souhaitons valoriser l’environnement, créer un espace agréable avec une pelouse temporaire, qui fasse le lien avec la piste cyclable reliant la zone de loisirs et le centre de Saint-Symporien-sur-Coise. A terme, ce site devrait accueillir des bâtiments à vocation économique et artisanale.

La friche des Tanneries est toute proche de celle des Roches, située au nord, de l’autre côté de la route départementale. Ce site de 1,7 hectare qui accueillait les meubles Grange, a été acheté par l’Epora en 2013. Il va être totalement démoli pour développer un projet à double vocation : un hôtel d’entreprises et un centre hospitalier, respectivement créateurs de 40 et 160 emplois. Ce projet va « relocaliser des emplois dans le centre et donner du sens à ces quartiers qui sont aujourd’hui sans vie. Par ailleurs, nous souhaitions en même temps limiter la consommation de terrains agricoles et continuer un fort développement économique », souligne Thomas Gassilloud, également vice-Président en charge du développement économique de la communauté de communes. Il est porté par l’Epora avec la Ville de Saint-Symphorien-sur-Coise et la communauté de communes des Monts du Lyonnais, pourrait également bénéficier d’un fonds FEDER, une demande ayant été déposée dans le cadre de l’appel à projets 2015. La revente à la communauté de communes est prévue pour 2018.
« L’Epora est intervenu dès l’amont dans tout le travail de réflexion et de longues négociations pour le montage des projets au travers de conventions d’objectifs et de moyens pour acquérir ces sites, conclut Frédéric Carmona. Grâce au travail mené ensemble, nous allons pouvoir reprendre possession de ces terrains pour répondre au besoin de développement de notre commune. »

21.06.2019

Une opération exemplaire de dépollution et de recyclage foncier, réalisée par l'Epora sur l'ancien site industriel Stronglight, à proximité de la gare de Saint-Étienne.

Lire la suite
09.04.2019

L’Epora s’inscrit dans une démarche de déconstruction innovante pour apporter une réponse adaptée à la problématique de la valorisation des déchets de chantiers et renforcer l'économie circulaire.

Lire la suite